AcquisitionTraffic

Les meilleures idées pour accroître votre trafic en 2018 (Partie 1 : le trafic organique)

A l’heure d’aborder la nouvelle année, vous ne manquez pas de bonnes résolutions professionnelles. Moi non plus d’ailleurs : preuve en est avec ce titre pour capter votre attention. Résolution n°3 “travailler davantage les titres de mes articles” !

Même si la dinde de Noel et le foie gras du 31 sont encore coincés dans votre intestin, vous êtes saisi d’une envie vraiment incroyable de bien faire les choses en ces premiers jours de janvier.

Entre les résolutions “j’arrête de perdre 3 heures sur Facebook chaque jour” et “je fais du sport deux fois par semaine”, accroître le trafic sur votre site fait, sans aucun doute, partie de vos priorités de 2018. Pour cela, il convient bien sûr d’envisager de nouveaux horizons au risque de repartir sur les bases de votre bonne vieille routine de 2017.

Commençons, dans cet article, par évoquer le référencement organique (ou référencement naturel, ou SEO) et ses 3 piliers :

  1. L’aspect technique (h1, meta, ancres, etc.)
  2. La sémantique (et donc le contenu)
  3. Les liens pointant vers votre site (ou backlinking, ou netlinking)

Pour travailler votre référencement, vous devez raisonner comme pour un entretien d’embauche où Google aurait le rôle du recruteur. Vous devez donc montrer vos compétences, souligner votre adéquation avec le poste et mentionner des références. Vous devez prouver à Google que vous êtes à même de répondre à une demande exprimée par un internaute. Plus vous mentionnerez de références fiables et plus vous gagnerez de crédit auprès du recruteur.

Tout ce qui relève de l’aspect purement technique n’est pas la priorité de cet article, car je vois dans ce pilier l’importance d’un respect continu des bonnes pratiques. Cela reviendrait à vous dire de venir bien habiller à votre entretien, ce pour quoi je ne pense pas avoir de valeur ajoutée.

Publier du contenu efficace

Progresser en SEO requiert un peu de pragmatisme et de bon sens. Si vous disposez d’une véritable stratégie de contenu et surtout de compétences pour la mener à bien, alors vous pouvez espérer voir remonter progressivement votre position naturelle sur la plupart des requêtes de votre activité (requêtes de tête et de longue traîne). La production d’un contenu de qualité, couplée à une fréquence de parution assez élevée, est une garantie pour viser au moins la première page (bien sûr cela dépend aussi du niveau de concurrence).

Armé de moyens et de bons conseils, vous ne manquerez pas de brainstormer continuellement pour générer sans cesse de nouvelles idées d’articles, de mettre en place un agenda précis de publication venant ainsi enrichir votre site en contenus adaptés et pertinents. Vous pourrez alors allègrement viser la première place sur la requête “logiciel comptabilité” que vous obtiendrez en apothéose grâce à la rédaction de l’article : “Pourquoi tous les chats adorent-ils ce logiciel de comptabilité ?”

Malheureusement, pour atteindre cela il y a trois écueils :

  • la concurrence faire rage (dont celle du référencement payant)
  • tout le monde ne dispose pas d’une armada de rédacteurs
  • le résultat de votre progression et son échéance restent soumis aux bons vouloirs de Google

D’où le besoin de pragmatisme pour ceux qui n’ont pas que ça a faire en somme ou ceux qui visent un résultat avant 2025. Nous allons donc voir comment essayer d’aller au plus efficace.

Commencez donc par rapprocher vos comptes Google Analytics et Google Search Console :

Cela vous permettra ainsi d’identifier sur GA un ensemble de requêtes susceptibles de vous apporter du trafic organique. Prenons l’exemple d’un site d’une amie qui propose des produits sans gluten (http://www.glutencorner.com/) :

​Il y a dans ce tableau deux éléments pertinents :

  • le premier consiste à identifier des requêtes, qui, de par leurs volumes et une position moyenne un peu faible, constituent des opportunités de progression et donc des thèmes bien précis pour la rédaction d’articles ou même de pages pour votre site. Dans l’exemple ci-dessus, on remarque que sur la période donnée (décembre) la requête “buche sans gluten” a connu des volumes significatifs. Une meilleure position que 7 aurait donc permis de capter davantage de clics sur cette requête. Pour l’année prochaine, il serait donc pertinent de préparer un ou deux articles pour proposer des recettes de bûches sans gluten et pour énumérer des lieux où en acheter. De même, la 10e requête “sitron” est intéressante car il s’agit d’un restaurant à Paris sans gluten. Cela montre qu’il existe de nombreuses possibilités pour attirer du trafic ciblé avec des articles mentionnant des restaurants sans gluten (quitte à faire un article sur chaque plat des restaurants les plus populaires !)
  • le second vise à maximiser le profit d’une position avantageuse, soit pour proposer de nouveaux articles sur un sujet donné soit pour offrir de nouveaux produits. La position 1 sur la requête “farine de teff” est, en ce sens, un enseignement important car il atteste certainement d’une difficulté par les internautes à trouver un produit très spécifique. Au regard des volumes observés, il y a tout intérêt à maximiser l’avantage de la 1ère position sur cette requête, soit en commercialisant le produit directement si ça n’est pas déjà le cas, soit en offrant un programme de partenariat avec des sites qui peuvent référencer ce type de produits

Extrapolez ce que recherchent les internautes

Grâce à Google Search Console vous aurez un aperçu des requêtes sur lesquelles vous êtes visibles. En revanche, en cas d’absence, vous n’en saurez rien. Ainsi, si je tape “où acheter des produits sans gluten”, je ne dispose d’aucune information alors que des volumes de recherche doivent certainement exister. Je vous invite donc à identifier des opportunités plus larges qui s’appuient sur des comportements assez classiques des internautes. De nombreuses requêtes répondent à des interrogations très basiques et souvent opportunistes qui comprennent “où”, “comment”, “gratuit” ou “meilleur”. Des milliers de prospects sont également à la recherche d’alternatives à des solutions ou produits solidement implantés ou encore en quête d’éléments de comparaison pour prendre des décisions. Ces formulations vous donneront tout un tas d’idées d’articles, que vous pourrez prioriser en 2018, en reprenant dans vos titres ces formulations bien précises.

Enfin, gardez en tête que les volumes ne font pas tout. Ainsi dans mon cas personnel, je travaille mon référencement naturel sur les requêtes “freelance adwords”, “consultant adwords” ou “expert adwords”. Les volumes sont assez limités. En revanche, il s’agit de requêtes parfaitement ciblées, qui attirent des centaines de prospects chaque mois sur mon site.

Il faut cultiver votre référencement naturel indirect

Travailler le référencement naturel de votre propre site ne constitue pas l’unique moyen de gagner en visibilité. Vous pouvez également identifier des opportunités par l’intermédiaire de sites tierces qui, eux-mêmes, bénéficient d’une très bonne position dans les moteurs de recherche. Il vous suffit alors de reprendre les requêtes, que vous avez pu identifier précédemment et de vous tourner vers Google pour voir les sites les mieux classés :

  • Vos concurrents, dont vous devez observer les bonnes pratiques. Structure de leur site, articles travaillés, termes utilisés, pages de destination, etc. Inspirez-vous dès que vous le pouvez de ceux qui réussissent plutôt que de trop souvent vous obstiner sur votre propre cas
  • Les forums (ou autre site en accès libre) représentent une opportunité majeure car ils restent un outil de décision fort auprès des internautes. Ils vous offrent la possibilité de vous positionner, soit pour répondre à une question (par exemple : “quel est le meilleur logiciel de comptabilité pour les start-ups ?”), soit pour lancer un sujet sur lequel vous positionner comme expert (voir ce qui se fait sur Quora)
  • Les sites média sont un réservoir d’idées pour faire parler de vous. Entrez en contact avec eux, suggérez-leur des idées d’articles, du contenu, des comparaisons ou encore publipostez des articles chez eux. Bref, démenez-vous pour être présent sur leur site. A l’usure vous les aurez ; non seulement pour bénéficier d’un article pointant vers votre site mais également pour obtenir une mention objective (presque) d’un site qui pèse lourd
  • Les blogueurs (et/ou les affiliés) sont encore plus ouverts à des sujets, moyennant dans certains cas rémunération. Vous pouvez penser que ce type de référencement manque d’objectivité mais en réalité rien ne dit que le blogueur prendra aveuglement votre parti et, de plus, il est rare que l’internaute détecte tout ce qui se trame derrière un article : mieux placé que vous, cet influenceur draine davantage de trafic sur vos requêtes-clés et a su faire ses preuves. Il faut savoir s’incliner devant plus fort que soi pour revenir un jour encore meilleur !

PS : Ne manquez pas les articles comparatifs (exemple Top 10 des meilleurs appli de rencontres). Etre absent d’un tel article, qui serait très bien référencé, peut vous être préjudiciable tant vous risquez de paraître pour un acteur mineur.

Ces différents éléments vous aideront à travailler votre SEO, soit par les liens obtenus, soit par l’aspect sémantique et surtout à améliorer votre visibilité sur des requêtes déterminantes dans la prise de décisions de vos prospects. Gardez toujours à l’esprit une approche de travail long-terme et considérez que la qualité prime avant tout. Cela est valable dans les liens et les références que vous obtiendrez et dans le contenu que vous produirez. Google is watching you et votre qualité. Et vous ne feriez pas autrement si vous étiez le recruteur.

, , , , ,

Articles liés

Menu