AcquisitionAdwordsTraffic

Comment j’ai aidé ma sœur à remplir son cabinet d’hypnothérapie ?

Il y a un peu plus d’un an, ma sœur Caroline, ouvrait son cabinet d’hypnothérapie à Paris, quelques jours après l’obtention de son diplôme au sein de l’IFHE (Institut Français d’Hypnose Humaniste et Ericksonienne). Lorsqu’on se lance en profession libérale, la difficulté est d’amorcer le processus qui vise à se faire connaître. Il s’agit de semer des milliers de graines dont on attend avec impatience les premières germes, et qui finiront grâce au bouche à oreille par s’entrelacer vigoureusement pour obtenir une végétation feuillue et harmonieuse.

Pour ce type d’activité et comme c’est le cas pour de nombreux indépendants, la visibilité sur internet est primordiale. En effet, avant d’envisager une prise de rendez-vous, des millions de personnes se jettent à l’assaut de leur moteur de recherche pour se voir proposer une liste non exhaustive de praticiens, dont ils n’ont jamais entendu parler. Plus dur encore que de réserver un restaurant ou un hôtel, qui ont au moins le pouvoir de nous faire saliver par leurs images, la réservation d’un praticien laisse un sentiment de hasard total dans la prise de décision. Proximité, heures d’ouverture, nombres de commentaires, etc : voici un ensemble d’arguments qui pourraient tout autant nous renvoyer vers le plus grand des charlatans que vers le plus génial des praticiens.

hypnotherapeute_paris_map_adwords

Lost in Paris

Bien entendu je n’avais aucun doute sur le fait que ma sœur appartenait à la seconde des catégories et qu’il fallait montrer tout son talent de thérapeute à des milliers de personnes saisissant chaque jour sur leur clavier des mots empreints de circonspection tels que “trouver un hypnothérapeute à paris”, “maigrir par l’hypnose” ou encore “arrêter de fumer par l’hypnose”. Et pourtant leur processus de guérison pouvait bien débuter.

Pris dans le tourbillon du désir d’indépendance, je me lançais à mon tour comme consultant indépendant en septembre 2016. Mutualiser nos expertises familiales ne pouvait alors qu’enrichir nos expériences réciproques.

La première recommandation très insistante, que je fis à ma sœur, fut la création d’un site internet. Aussi basique fut-il c’était un moyen pour elle d’avoir une vitrine en ligne. Or, quand on traite d’hypnothérapie, il est important de rassurer ses clients potentiels pour leur montrer que l’on est pas la nouvelle madame Irma ou encore une plateforme robotisée de traitement à distance.

, , , ,

Articles liés

Menu